Home
Photo
Autobiography
Biography
About her
Friends
Golden section
Gallery 1
2
3
Contact
Impressum
Autobiography

                               Jeanne Rij-Rousseau: A propos de mon travail

 

 Je suis née en France, dans ce pays d’Anjou si célèbre pour ses vins excellents. Le parfum des raisins qui poussent sur les coteaux ensoleillés et les mains travailleuses de ceux qui les cultivent, les soignent et les récoltent – ce sont eux qui m’ont donné cette force et cette joie de créer.

Durant ma jeunesse, j’aimais par –dessus tout visiter les musées: je restais souvent longtemps, pendant des heures même ,devant les oeuvres des grands maîtres. Et même si je suis jusqu’à un certain point une éclectique, j’ai tout de même – ou peut-être justement pour cette raison- une prédilection toute particulière pour les oeuvres de Clouet et pour cette merveilleuse „Sainte-Madeleine“ dont on suppose qu’elle a été peinte par le même pinceau que la „Vierge de la Cathédrale des Moulins“. C’est seulement après 12 ans d’études dans différentes académies et dans les écoles les plus diverses – puis après une longue recherche personnelle  - que je me suis décidée à organiser une première exposition de mes oeuvres.

J’avais auparavant déjà exposé certaines de mes oeuvres au „Salon des Indépendants“ et au „Salon d’automne“ (dont je suis membre), et ceci chaque année. En 1925 pour la première fois j’exposai aux Tuileries. Lors de l’exposition internationale des Arts Décoratifs, j’obtins la médaille d’or.

On a exposé de mes oeuvres en Belgique, en Suisse, en Angleterre, en Amérique, et certains de mes tableaux se trouvent dans des collections privées à l’étranger. D’autres sont exposés dans différents musées de province; une tapisserie que j’ai réalisée moi-même et plusieurs esquisses se trouvent à la Manufacture Nationale de Beauvais.

Les plus notables parmi les nombreux critiques d’art qui ont écrit sur mon oeuvre insistent sur la construction logique de mes compositions et sur leur forte vivacité; ils notent cette allégresse débordante si sensible, cette force d’expression lumineuse et brillante des couleurs.

Ils remarquent cette joie de vivre, ce plaisir de lutter que j’ai essayé d’exprimer dans mes grandes compositions comme „Les rameurs“, „Les boxeurs“, „Les cavaliers“, „les joueurs de tennis“ et „Les aviateurs“. „Le lecteur“ a été filmé au Salon des Indépendants et est passé aux „Actualités“ dans toutes les salles de cinémas parisiennes.

Guillaume Apollinaire, cet éminent critique d’art, mort trop jeune malheureusement, a dit et écrit que j’étais une „chercheuse“. C’est bien vrai – mais dorénavant je „réalise“.

C’est avec passion que je peins et je suis captivée tout entière par mon travail – ne comptant ni les heures ni les années qui passent et qui ne me laisseront peut-être pas assez de temps pour réaliser toutes les oeuvres que je souhaiterais encore créer.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ma manière de peindre: bien sûr, il y a dans la peinture une grande portion d’artisanat et puis, en ce qui concerne l’âme, l’essence même de mon art, il y a ma façon originale de composer, d’organiser; il y a la pénétration, la maîtrise de la matière par les valeurs, les lignes, les dimensions et les couleurs –  et ce qui importe autant que tout ceci ou même peut-être plus que tout, c’est le désir de me consacrer avec passion au présent, à l’instant, à la peinture des contrastes si forts, si intenses de notre vie moderne,

c’est cela dont je rêve, c’est ce à quoi j’aspire et que j’essaie d’arracher à la réalité en la transformant – aussi bien qu’il m’est possible.

 

Paris, février 1929           (Chapitre consacré à Rij Rousseau  par  Elga Kern dans son

Ouvrage „Führende Frauen Europas“, München 1930/ Verlag von Ernst Reinhardt)

 

N.B: Ce texte est une traduction de l’allemand; la traductrice espère ne pas être trop loin de l’original écrit par Rij.                                Marie-Françoise Raoult

 

[Home] [Photo] [Autobiography] [Biography] [About her] [Friends] [Golden section] [Gallery 1] [] [] [ ] [Contact] [Impressum]