Home
Photo
Autobiography
Biography
About her
Friends
Golden section
Gallery 1
2
3
Contact
Impressum
La section d'or 1912 1920 1925

                                         Jeanne Rij Rousseau

                                       pseudonyme de Jeannne Caffier

                                  Candé, 1870 - Savigny-sur-Braye,1956

“Rij Rousseau fait partie des artistes invités à montrer leurs oeuvres lors de l'exposition organisée par l'association la Section d'or dans les vastes locaux de la galerie La Boétie, à Paris, en mars 1920.(1)

Son nom étant absent des catalogues de Bruxelles, d'Amsterdam, de Genève et de Rome, il semble, qu'à l'instar d'Irène Lagut et de Marthe Laurens, elle n'ait pas participé à l'itinérance de l'exposition de la Section d'or entre 1920 et 1922.

Artiste femme aujourd'hui oubliée, Jeanne Caffier fréquenta le milieu des peintres dès son jeune âge. Elle fut initiée à la peinture vers 1890 par les nabis, qu'elle fréquentait à Montmartre et dont elle partageait les idées. Le texte majeur de Paul Sérusier sur l'esthétique de Beuron eut sur elle une influence décisive. C'est peut-être par ce biais idéaliste qu'elle finira par embrasser la cause cubiste. Outre sa participation régulière au Salon des Indépendants et au Salon d' Automne (selon le Bénézit, sans doute à partir de 1911) pendant les années fortes de la manifestation publique du cubisme, elle

rencontra Fernand Léger et connut bien les principaux défenseurs du cubisme, d'Apollinaire à Salmon en passant par Max Jacob. Elle collabora en outre à Sic, la revue littéraire d'avant-garde dirigée par Pierre Albert-Birot. Elle fut la compagne de Juan Gris dès l'arrivée de ce dernier en France en 1906, l'accompagnant à Paris ou à Céret, où elle eut probablement l'occasion de croiser Picasso et Braque. En 1925, elle fonde l'association des Femmes peintres francaises modernes.

Rij Rousseau a probablement exposé à la Section d'or ses essais de „vibrisme“. Par cette formule, l'artiste désignait une tentative à mi-chemin entre le cubisme synthétique d'avant-guerre et le rayonnisme tel que le pratiquaient Larionov et Gontcharova. Même si elles utilisent certains éléments du répertoire classique du cubisme, comme les lettres au pochoir, ces compositions aux couleurs vives ont peu en commun avec ce que Juan Gris faisait pendant cette période. En revanche, l'artiste a des préoccupations quasi musicales, relativement proches des recherches sur les rythmes colorés menées par Valensi ou Survage. Les effets de vibration sont rendus par des hachures rapides, vigoureuses, qui donnent à l'ensemble un certain dynamisme futuriste, sans pour autant porter atteinte à la rigueur géométrique de la composition.”

                                                                                             Françoise Lucbert

 

Note (1) Rij Rousseau est mentionnée par Fels parmi les exposants du 64 bis La Boétie en mars 1920. C.f. Florent Fels „La Section d'Or“. Sélection. Chronique de la vie artistique. Bruxelles, n.5, 15 décembre 1920. non paginé: “Anthologie de textes critiques sur la Section d'or“. infra. p.312

Bibliographie: Catalogue de l'exposition Jeanne Rij-Rousseau,château de Blois,1959.  Jeanne Rij-Rousseau, 1870-1956, New York, Wally Findlay Galleries, 1984.

Source: Cecile Debray et Françoise Lucbert: La section d’or 1912 1920 1925 . Editions Cercle d’Art, Paris 2000, p.248

[Home] [Photo] [Autobiography] [Biography] [About her] [Friends] [Golden section] [Gallery 1] [] [] [ ] [Contact] [Impressum]